Cours en ligne et simulateur de thermodynamique appliquée

glossaire

Diagramme des frigoriste[1]s

Diagramme thermodynamique comportant l'enthalpie en abscisse et la pression en ordonnée, généralement avec une échelle logarithmique.

Diagramme entropique[2]

Diagramme thermodynamique comportant l'entropie en abscisse et la température en ordonnée.

Diagramme psychrométrique[3]

Diagramme thermodynamique comportant la température sèche t en abscisse et l'humidité spécifique w en ordonnée.

Courbe de bulle[4]

Partie gauche de la courbe de saturation d'un fluide, qui sépare la zone liquide de la zone d'équilibre liquide-vapeur. Elle est ainsi nommée parce que la première bulle de vapeur apparaît sur cette courbe lorsqu'on réchauffe un liquide dans de bonnes conditions de température et pression.

Courbe de rosée[5]

Partie droite de la courbe de saturation d'un fluide, qui sépare la zone vapeur de la zone d'équilibre liquide-vapeur. Elle est ainsi nommée parce que la première goutte de liquide apparaît sur cette courbe lorsqu'on refroidit une vapeur dans de bonnes conditions de température et pression.

Entropie[6]

Fonction d'état reliant la température d'un système à la chaleur échangée avec son environnement. La thermodynamique statistique nous fournit l'interprétation physique suivante : l'entropie peut être interprétée comme la mesure du degré de désordre d'un système au niveau microscopique. Plus l'entropie du système est élevée, moins ses éléments sont ordonnés, liés entre eux, capables de produire des effets mécaniques, et plus grande est la part de l'énergie inutilisable pour l'obtention d'un travail.

Gaz idéal[7]

Modèle de fluide dont l'énergie interne et l'enthalpie sont indépendantes du volume et de la pression

Pincement d'un échangeur[8]

Écart minimal de température entre les deux fluides qui traversent un échangeur de chaleur.

Combustion stœchiométrique[9]

Combustion sans excès ni défaut d'air où tout l'oxygène disponible est complètement consommé.

Combustion non stœchiométrique[10]

Combustion avec excès ou défaut d'air.

Humidité spécifique (ou absolue)[11]

Rapport de la masse d'eau contenue dans un volume donné de mélange humide à la masse de gaz sec contenue dans ce même volume donné.

Humidité relative[12]

Rapport de la pression partielle de la vapeur d'eau à sa pression de vapeur saturante.

Pouvoir calorifique[13]

Enthalpie libérée par la réaction de combustion.

Richesse[14]

Rapport du nombre de moles de combustible contenu dans une quantité déterminée de mélange, au nombre de moles de combustible contenu dans le mélange stoechiométrique, ou encore inverse du facteur d'air.

Excès d'air[15]

Air en excès par rapport à la réaction stoechiométrique.

Facteur d'air[16]

Facteur multiplicatif de la quantité d'air dans une réaction non-stoechiométrique, ou bien encore inverse de la richesse.

Température de figeage[17]

C'est la température à laquelle ont été figés les imbrûlés lors de certaines réactions de combustion, et donc celle qu'il faut utiliser dans la loi d'action de masse pour calculer Kp et retrouver la composition des gaz brûlés.

Courbes composites[18]

Ensemble de deux courbes représentant d'une part le cumul des disponibilités en énergie d'un réseau d'échangeurs en fonction de la température, et d'autre part, celui des besoins en énergie.

Irréversibilités[19]

Les irréversibilités par hétérogénéité de température proviennent de la différence de température qui doit en pratique exister entre deux corps lorsqu'ils échangent de la chaleur.

Etat d'un système[20]

La notion d'état d'un système représente "l'information minimale nécessaire à la détermination de son comportement futur".

Variables d'état[21]

Ensemble des grandeurs physiques (ou propriétés thermodynamiques) (températures, pressions...) nécessaires et suffisantes pour caractériser complètement un système à un instant donné.

Fonction d'état[22]

Une fonction d'état est une grandeur dont la valeur ne dépend que de l'état du système, et non pas de son histoire.

Fonction de parcours[23]

Grandeur dépendant non seulement des états initial et final du système, mais aussi de la manière dont l'évolution prend place.

Systèmes ouverts et fermés[24]

Un système thermodynamique désigne une quantité de matière isolable de son environnement par une frontière fictive ou réelle. Ce système est dit fermé s'il n'échange pas de matière avec l'extérieur à travers ses frontières ; sinon il est dit ouvert.

Transformation irréversible[25]

Une transformation est dite irréversible dans les deux cas suivants : - la transformation inverse n'est pas réalisable sans modification profonde de l'appareillage (mélange, combustion...) ; - elle renferme une cause d'irréversibilité du type frottement ou viscosité.

Transformation réversible[26]

On appelle transformation réversible entre deux états d'équilibre 1 et 2 une évolution fictive qui jouit des deux propriétés suivantes : - elle est suffisamment lente à tous points de vue (vitesses, échanges de chaleur et de matière...) pour qu'on puisse l'assimiler à une suite continue d'états d'équilibre ; - elle constitue la limite commune de deux familles de transformations réelles dont l'une mène de 1 à 2, et l'autre de 2 à 1.

Travail utile[27]

On appelle travail utile le travail des forces de pression sur les parois mobiles d'une machine

Cycle[28]

Série de transformations qui amènent un fluide à se retrouver dans son état initial

Cycle moteur[29]

Cycle convertissant de la chaleur en travail

Cycle récepteur[30]

Cycle permettant d'extraire de la chaleur à basse température ou de rehausser le niveau de température d'un fluide grâce à un apport d'énergie mécanique

Economiseur[31]

Echangeur de chaleur permettant de chauffer un fluide à l'état liquide

Vaporiseur[32]

Echangeur de chaleur permettant de vaporiser un fluide

Surchauffeur[33]

Echangeur de chaleur permettant de chauffer une vapeur à une température supérieure à celle de vaporisation

Turbine à gaz aérodérivée[34]

Turbine à gaz dérivée de l'aviation, variante d'un turboréacteur

Compresseur hermétique[35]

Compresseur dont le moteur est directement refroidi et lubrifié par le fluide thermodynamique, ce qui permet de se passer d'huile

Compresseur scroll[36]

Compresseur scroll formé de deux spirales cylindriques, l'une fixe, l'autre mobile, de forme identique, qui roulent en glissant l'une sur l'autre, enfermant des poches de gaz de volume variable

Contre-courant[37]

Configuration d'écoulement dans un échangeur la plus performante sur le plan thermodynamique, dans laquelle les deux fluides parcourent l'échangeur dans des directions opposées

Environnement[38]

Ensemble de ce qui est extérieur au système considéré et avec lequel il interagit

Température[39]

Mesure du degré d'agitation des molécules du fluide de travail : plus elles sont agitées, plus sa température est élevée

Chaleur[40]

Transfert d'énergie thermique d'un système à un autre lorsqu'il y a une différence de température entre eux

Energie interne[41]

Somme des énergies cinétiques microscopiques (assimilables à l'agitation thermique des particules) et des énergies potentielles d'interactions microscopiques (liaisons chimiques, interactions nucléaires) des particules constituant ce système

Enthalpie[42]

Généralisation aux systèmes ouverts de l'énergie interne pour les systèmes fermés.

Isenthalpique[43]

Evolution pendant laquelle l'enthalpie reste constante

Laminage isenthalpique[44]

Transformation adiabatique et sans travail.

Isotherme[45]

Evolution pendant laquelle la température reste constante

Isobare[46]

Evolution pendant laquelle la pression reste constante

Isotitre[47]

Evolution pendant laquelle le titre en vapeur reste constant

Adiabatique[48]

Evolution sans échange de chaleur avec l'extérieur

Adiabatique réversible[49]

Evolution adiabatique sans échange de chaleur avec l'extérieur et sans pertes par frottement

Fluide de travail[50]

Fluide parcourant une machine thermique et subissant des évolutions ou transformations diverses

Travail utile[27]

Travail mis en jeu au niveau des parois mobiles d'une machine fonctionnant en système ouvert

Loi de pression saturante[51]

Relation qui donne la pression de saturation d'un fluide en fonction de la température

Point critique[52]

Etat où la phase de vapeur pure a les mêmes propriétés que la phase de liquide pur. Il est caractérisé par la pression critique et la température critique

Chaleur latente de changement d'état[53]

Energie qu'il faut fournir ou retirer pour qu'un changement de phase puisse se réaliser

Titre d'un mélange diphasique d'un corps pur[54]

Rapport de la masse de vapeur à la masse totale (vapeur + liquide)

Pression partielle[55]

Pression qu'exercerait ce constituant s'il occupait seul le volume V du mélange, sa température étant égale à celle du mélange.

Fraction molaire[56]

Rapport du nombre de moles de ce constituant au nombre total de moles dans le mélange

Fraction massique[57]

Rapport de la masse de ce constituant à la masse totale du mélange

Rendement isentropique[58]

Rapport du travail de compression réversible au travail réel ou rapport du travail réel au travail de détente réversible

Rendement[59]

Rapport de l'effet énergétique utile à l'énergie payante mise en jeu

Efficacité[60]

Rapport de l'effet énergétique utile à l'énergie payante mise en jeu

Energie payante somme de toutes les énergies que l'on a dû fournir au cycle en provenance de l'extérieur

Efficacité d'un échangeur de chaleur[61]

Rapport de la plus grande augmentation de température au sein des fluides à l'écart des températures d'entrée des deux fluides

Energie utile[62]

Bilan net des énergies utiles du cycle, c'est-à-dire la valeur absolue de la somme algébrique des énergies produites et consommées en son sein participant à l'effet énergétique utile

Coefficient de performance (COP)[63]

Rapport de la chaleur extraite à l'évaporateur au travail fourni au compresseur pour une machine de réfrigération

Rendement de Carnot[64]

Rendement d'une machine thermique idéale décrivant un cycle entre deux sources de chaleur

Rendement polytropique[65]

Rendement isentropique infinitésimal

Thermocoupleur[66]

Mécanisme qui complète les échangeurs de chaleur en permettant à des composants autres que des transfos "échange" de se connecter à une ou plusieurs transfos "échange" pour représenter des couplages thermiques

Evolution de référence[67]

Evolution correspondant au fonctionnement de composants qui seraient parfaits, pour lesquels une variable ou une fonction d'état bien choisie reste constante et à laquelle on sait associer une équation simple d'évolution

Gaz idéal[7]

Modèle de fluide où l'on fait l'hypothèse que la taille des molécules et les interactions entre elles sont négligeables. Son énergie interne et son enthalpie ne dépendent que de la température.

Gaz parfait[68]

Gaz idéal dont les capacités thermiques sont constantes

Chaleur latente de changement d'état[53]

Energie qu'il est nécessaire de fournir ou de retirer pour qu'un changement de phase puisse se réaliser

Sublimation[69]

Transformation d'un corps de l'état solide à l'état gazeux

Fusion[70]

Transformation d'un corps de l'état solide à l'état liquide

Vaporisation[71]

Transformation d'un corps de l'état liquide à l'état gazeux

Condensation[72]

Transformation d'un corps de l'état gazeux à l'état liquide

Rendement isentropique[58]

Permet de caractériser les performances des compresseurs et turbines qui ne sont pas parfaits, de telle sorte que la compression et la détente suivent des adiabatiques non réversibles

Coefficient de performance (COP)

Généralisation pour les cycles récepteurs de la notion de rendement

Réchauffe ou resurchauffe[73]

Se dit d'un cycle où le fluide partiellement détendu est réchauffé avant poursuite de la détente

Prélèvement ou soutirage[74]

Fraction du débit principal de fluide qui est extraite afin d'assurer un préchauffage du fluide avant entrée dans l'économiseur

Régénération[75]

Utilisation d'une partie de la chaleur disponible après détente d'un fluide pour le préchauffer

Supercritique[76]

Etat d'un fluide dont la pression est supérieure à sa pression critique

Pressuriseur[77]

Organe d'un réacteur nucléaire à eau pressurisée servant à maintenir la pression dans le circuit primaire

Séparateur[78]

Organe servant à séparer un fluide en équilibre liquide-vapeur en divisant son débit en deux parties, l'une correspondant au liquide, et l'autre à la vapeur

Cycle de Carnot[79]

Cycle moteur composé d'une compression isentropique, d'un échauffement isotherme, d'une détente isentropique , et d'un refroidissement isotherme

Cycle de Brayton[80]

Cycle moteur d'une turbine à gaz composé d'une compression isentropique, d'un échauffement isobare, d'une détente isentropique , et d'un refroidissement isobare

Cycle de Brayton inverse[81]

Cycle récepteur composé d'une compression isentropique, d'un refroidissement isobare, d'une détente isentropique , et d'un échauffement isobare

Cycle de Rankine[82]

Cycle moteur d'une centrale à vapeur composé d'une compression isentropique, d'un échauffement isobare en deux étapes (chauffe à l'état liquide, vaporisation), d'une détente isentropique , et d'un refroidissement isobare

Cycle de Hirn[83]

Cycle de Rankine avec surchauffe

Tuyère[84]

Organe permettant la conversion en énergie cinétique de l'enthalpie d'un fluide

Diffuseur[85]

Organe permettant la conversion en pression de l'énergie cinétique d'un fluide

Ejecteur[86]

Organe permettant l'aspiration d'un fluide grâce à l'enthalpie d'un fluide moteur

Oxycombustion[87]

Combustion réalisée avec comme comburant de l'oxygène pur ou un mélange d'oxygène O2 et de dioxyde de carbone CO2

Flash[88]

Evaporation d'un fluide par laminage isethalpique à partir de l'état liquide

Cogénération[89]

Production combinée d'énergie thermique et d'énergie mécanique ou d'électricité

Cycle combiné[90]

Intégration en une seule unité de production de puissance mécanique de deux technologies complémentaires en terme de niveau de température, généralement les turbines à gaz et les centrales à vapeur.

Générateur de vapeur[91]

Echangeur de chaleur produisant de la vapeur à partir d'un liquide sous pression

Perte de charge[92]

Diminution de la pression dans un fluide due aux frottements visqueux et aux chocs

Logarithme[93]

Le logarithme de base b d'un nombre est la puissance à laquelle il faut élever la base b pour obtenir ce nombre

Saturation [94]

État d'un fluide pur en équilibre liquide-vapeur

  1. Diagramme des frigoristes

    Diagramme thermodynamique comportant l’enthalpie en abscisse et la pression en ordonnée, généralement avec une échelle logarithmique.

  2. Diagramme entropique

    Diagramme thermodynamique comportant l’entropie en abscisse et la température en ordonnée.

  3. Diagramme psychrométrique

    Diagramme thermodynamique comportant la température sèche t en abscisse et l’humidité spécifique w en ordonnée.

  4. Courbe de bulle

    Partie gauche de la courbe de saturation d'un fluide, qui sépare la zone liquide de la zone d'équilibre liquide-vapeur

  5. Courbe de rosée

    Partie droite de la courbe de saturation d'un fluide, qui sépare la zone vapeur de la zone d'équilibre liquide-vapeur

  6. Entropie

    Fonction d'état reliant la température d'un système à la chaleur échangée avec son environnement.

    La thermodynamique statistique nous fournit l'interprétation physique suivante : l'entropie peut être interprétée comme la mesure du degré de désordre d'un système au niveau microscopique. Plus l'entropie du système est élevée, moins ses éléments sont ordonnés, liés entre eux, capables de produire des effets mécaniques, et plus grande est la part de l'énergie inutilisable pour l'obtention d'un travail.

  7. Gaz idéal

    Modèle de fluide où l’on fait l’hypothèse que la taille des molécules et les interactions entre elles sont négligeables. Son énergie interne et son enthalpie ne dépendent que de la température.

  8. Pincement d'un échangeur

    Écart minimal de température entre les deux fluides qui traversent un échangeur de chaleur.

  9. Combustion stœchiométrique

    Combustion sans excès ni défaut d’air où tout l’oxygène disponible est complètement consommé.

  10. Combustion non stœchiométrique

    Combustion avec excès ou défaut d’air.

  11. Humidité spécifique (ou absolue)

    Rapport de la masse d’eau contenue dans un volume donné de mélange humide à la masse de gaz sec contenue dans ce même volume donné.

  12. Humidité relative

    Rapport de la pression partielle de la vapeur d’eau à sa pression de vapeur saturante.

  13. Pouvoir calorifique

    Enthalpie libérée par la réaction de combustion.

  14. Richesse

    Rapport du nombre de moles de combustible contenu dans une quantité déterminée de mélange, au nombre de moles de combustible contenu dans le mélange stœchiométrique, ou encore inverse du facteur d’air.

  15. Excès d'air

    Air en excès par rapport à la réaction stœchiométrique.

  16. Facteur d'air

    Facteur multiplicatif de la quantité d’air dans une réaction non-stœchiométrique, ou bien encore inverse de la richesse.

  17. Température de figeage

    C’est la température à laquelle ont été figés les imbrûlés lors de certaines réactions de combustion, et donc celle qu’il faut utiliser dans la loi d’action de masse pour calculer Kp et retrouver la composition des gaz brûlés.

  18. Courbes composites

    Ensemble de deux courbes représentant d’une part le cumul des disponibilités en énergie d’un réseau d’échangeurs en fonction de la température, et d’autre part, celui des besoins en énergie.

  19. Irréversibilités

    Les irréversibilités par hétérogénéité de température proviennent de la différence de température qui doit en pratique exister entre deux corps lorsqu’ils échangent de la chaleur.

  20. Etat d'un système

    La notion d'état d'un système représente "l'information minimale nécessaire à la détermination de son comportement futur". Les variables d'état (températures, pressions...) constituent l'ensemble des grandeurs physiques (ou propriétés thermodynamiques) nécessaires et suffisantes pour caractériser complètement un système à un instant donné.

  21. Variables d'état

    Ensemble des grandeurs physiques (ou propriétés thermodynamiques) (températures, pressions…) nécessaires et suffisantes pour caractériser complètement un système à un instant donné.

  22. Fonction d'état

    Une fonction d'état est une grandeur dont la valeur ne dépend que de l'état du système, et non pas de son histoire.

  23. Fonction de parcours

    Grandeur dépendant non seulement des états initial et final du système, mais aussi de la manière dont l’évolution prend place.

  24. Systèmes ouverts et fermés

    Un système thermodynamique désigne une quantité de matière isolable de son environnement par une frontière fictive ou réelle. Ce système est dit fermé s'il n'échange pas de matière avec l'extérieur à travers ses frontières ; sinon il est dit ouvert. Les débutants sont souvent décontenancés par la distinction entre systèmes fermés et systèmes ouverts, ces derniers correspondant à un concept nouveau pour eux car au cours de leur scolarité de premier cycle, ils n'ont généralement étudié que des systèmes fermés (pour éviter la prise en compte des échanges de matière aux frontières).

  25. Transformation irréversible

    Une transformation est dite irréversible dans les deux cas suivants :

    • la transformation inverse n'est pas réalisable sans modification profonde de l'appareillage (mélange, combustion...) ;

    • elle renferme une cause d'irréversibilité du type frottement ou viscosité.

  26. Transformation réversible

    On appelle transformation réversible entre deux états d'équilibre 1 et 2 une évolution fictive qui jouit des deux propriétés suivantes :

    • elle est suffisamment lente à tous points de vue (vitesses, échanges de chaleur et de matière...) pour qu'on puisse l'assimiler à une suite continue d'états d'équilibre ;

    • elle constitue la limite commune de deux familles de transformations réelles dont l'une mène de 1 à 2, et l'autre de 2 à 1.

  27. Travail utile

    On appelle travail utile le travail des forces de pression sur les parois mobiles d'une machine fonctionnant en système ouvert

  28. Cycle

    Série de transformations qui amènent un fluide à se retrouver dans son état initial

  29. Cycle moteur

    Cycle convertissant de la chaleur en travail

  30. Cycle récepteur

    Cycle permettant d’extraire de la chaleur à basse température ou de rehausser le niveau de température d’un fluide grâce à un apport d’énergie mécanique

  31. Économiseur

    Échangeur de chaleur permettant de chauffer un fluide à l’état liquide

  32. Vaporiseur

    Échangeur de chaleur permettant de vaporiser un fluide

  33. Surchauffeur

    Échangeur de chaleur permettant de chauffer une vapeur à une température supérieure à celle de vaporisation

  34. Turbine à gaz aérodérivée

    Turbine à gaz dérivée de l’aviation, variante d’un turboréacteur

  35. Compresseur hermétique

    Compresseur dont le moteur est directement refroidi et lubrifié par le fluide thermodynamique, ce qui permet de se passer d’huile

  36. Compresseur scroll

    Compresseur scroll formé de deux spirales cylindriques, l’une fixe, l’autre mobile, de forme identique, qui roulent en glissant l’une sur l’autre, enfermant des poches de gaz de volume variable

  37. Contre-courant

    Configuration d’écoulement dans un échangeur la plus performante sur le plan thermodynamique

  38. Environnement

    Ensemble de ce qui est extérieur au système considéré et avec lequel il interagit

  39. Température

    La notion de température peut être introduite de plusieurs manières différentes. Nous nous contenterons ici de la définition opérationnelle proposée par F. FER, qui repose sur les deux propositions suivantes : - on sait construire un thermomètre, appareil dont toutes les propriétés physiques sont, dans des conditions opératoires bien définies, fonction d'une seule variable, appelée température ; - on sait réaliser des milieux matériels tels que, lorsqu'un thermomètre y est plongé, son indication reste constante dans le temps et indépendante de son orientation et de la place qu'il occupe dans le milieu. On pose alors que la température du milieu est égale à celle du thermomètre, et on dit que le milieu est en équilibre thermique. A partir de cette présentation, il est possible de faire le lien avec les définitions axiomatiques de la température déduites par exemple du deuxième principe. Un exposé rigoureux et complet de cette notion sort cependant des limites que nous avons fixées pour cet ouvrage, et s'impose d'autant moins qu'elle est assez intuitive et que son utilisation pratique ne pose généralement pas de problème particulier.

  40. Chaleur

    Transfert d’énergie thermique d’un système à un autre lorsqu’il y a une différence de température entre eux

  41. Énergie interne

    Somme des énergies cinétiques microscopiques (assimilables à l’agitation thermique des particules) et des énergies potentielles d’interactions microscopiques (liaisons chimiques, interactions nucléaires) des particules constituant ce système

  42. Enthalpie

    Généralisation aux systèmes ouverts de l’énergie interne pour les systèmes fermés.

  43. Isenthalpique

    Évolution pendant laquelle l’enthalpie reste constante

  44. Laminage isenthalpique

    Transformation adiabatique et sans travail.

  45. Isotherme

    Évolution pendant laquelle la température reste constante

  46. Isobare

    Évolution pendant laquelle la pression reste constante

  47. Isotitre

    Évolution pendant laquelle le titre en vapeur reste constant

  48. Adiabatique

    Évolution sans échange de chaleur avec l’extérieur

  49. Adiabatique réversible

    Évolution adiabatique sans échange de chaleur avec l’extérieur et sans pertes par frottement

  50. Fluide de travail

    Fluide parcourant une machine thermique et subissant des évolutions ou transformations diverses

  51. Loi de pression saturante

    Relation qui donne la pression de saturation d’un fluide en fonction de la température

  52. Point critique

    État où la phase de vapeur pure a les mêmes propriétés que la phase de liquide pur. Il est caractérisé par la pression critique et la température critique

  53. Chaleur latente de changement d'état

    Énergie qu’il est nécessaire de fournir ou de retirer pour qu’un changement de phase puisse se réaliser

  54. Titre d'un mélange diphasique d'un corps pur

    Rapport de la masse de vapeur à la masse totale (vapeur + liquide)

  55. Pression partielle

    Pression qu’exercerait ce constituant s’il occupait seul le volume V du mélange, sa température étant égale à celle du mélange.

  56. Fraction molaire

    Rapport du nombre de moles de ce constituant au nombre total de moles dans le mélange

  57. Fraction massique

    Rapport de la masse de ce constituant à la masse totale du mélange

  58. Rendement isentropique

    Permet de caractériser les performances des compresseurs et turbines qui ne sont pas parfaits, de telle sorte que la compression et la détente suivent des adiabatiques non réversibles

  59. Rendement

    Rapport de l’effet énergétique utile à l’énergie payante mise en jeu

  60. Efficacité

    Rapport de l’effet énergétique utile à l’énergie payante mise en jeu

  61. Efficacité d'un échangeur de chaleur

    Rapport de la plus grande augmentation de température au sein des fluides à l’écart des températures d’entrée des deux fluides

  62. Énergie utile

    Bilan net des énergies utiles du cycle, c’est-à-dire la valeur absolue de la somme algébrique des énergies produites et consommées en son sein participant à l’effet énergétique utile

  63. Coefficient de performance (COP)

    Généralisation pour les cycles récepteurs de la notion de rendement

  64. Rendement de Carnot

    Rendement d’une machine thermique idéale décrivant un cycle entre deux sources de chaleur

  65. Rendement polytropique

    Rendement isentropique infinitésimal

  66. Thermocoupleur

    Mécanisme qui complète les échangeurs de chaleur en permettant à des composants autres que des transfos « échange » de se connecter à une ou plusieurs transfos « échange » pour représenter des couplages thermiques

  67. Évolution de référence

    Évolution correspondant au fonctionnement de composants qui seraient parfaits, pour lesquels une variable ou une fonction d’état bien choisie reste constante et à laquelle on sait associer une équation simple d’évolution

  68. Gaz parfait

    Gaz idéal dont les capacités thermiques sont constantes

  69. Sublimation

    Transformation d’un corps de l’état solide à l’état gazeux

  70. Fusion

    Transformation d’un corps de l’état solide à l’état liquide

  71. Vaporisation

    Transformation d’un corps de l’état liquide à l’état gazeux

  72. Condensation

    Transformation d’un corps de l’état gazeux à l’état liquide

  73. Réchauffe ou resurchauffe

    Se dit d’un cycle où le fluide partiellement détendu est réchauffé avant poursuite de la détente

  74. Prélèvement ou soutirage

    Fraction du débit principal de fluide qui est extraite afin d’assurer un préchauffage du fluide avant entrée dans l’économiseur

  75. Régénération

    Utilisation d’une partie de la chaleur disponible après détente d’un fluide pour le préchauffer

  76. Supercritique

    État d’un fluide dont la pression est supérieure à sa pression critique

  77. Pressuriseur

    Organe d’un réacteur nucléaire à eau pressurisée servant à maintenir la pression dans le circuit primaire

  78. Séparateur

    Organe servant à séparer un fluide en équilibre liquide–vapeur en divisant son débit en deux parties, l’une correspondant au liquide, et l’autre à la vapeur

  79. Cycle de Carnot

    Cycle moteur composé d’une compression isentropique, d’un échauffement isotherme, d’une détente isentropique, et d’un refroidissement isotherme

  80. Cycle de Brayton

    Cycle moteur d’une turbine à gaz composé d’une compression isentropique, d’un échauffement isobare, d’une détente isentropique, et d’un refroidissement isobare

  81. Cycle de Brayton inverse

    Cycle récepteur composé d’une compression isentropique, d’un refroidissement isobare, d’une détente isentropique, et d’un échauffement isobare

  82. Cycle de Rankine

    Cycle moteur d’une centrale à vapeur composé d’une compression isentropique, d’un échauffement isobare en deux étapes (chauffe à l’état liquide, vaporisation), d’une détente isentropique, et d’un refroidissement isobare

  83. Cycle de Hirn

    Cycle de Rankine avec surchauffe

  84. Tuyère

    Organe permettant la conversion en énergie cinétique de l’enthalpie d’un fluide

  85. Diffuseur

    Organe permettant la conversion en pression de l’énergie cinétique d’un fluide

  86. Éjecteur

    Organe permettant l’aspiration d’un fluide grâce à l’enthalpie d’un fluide moteur

  87. Oxycombustion

    Combustion réalisée avec comme comburant de l’oxygène pur ou un mélange d’oxygène O2 et de dioxyde de carbone CO2

  88. Flash

    Évaporation d’un fluide par laminage isethalpique à partir de l’état liquide

  89. Cogénération

    Production combinée d’énergie thermique et d’énergie mécanique ou d’électricité

  90. Cycle combiné

    Intégration en une seule unité de production de puissance mécanique de deux technologies complémentaires en terme de niveau de température, généralement les turbines à gaz et les centrales à vapeur.

  91. Générateur de vapeur

    Échangeur de chaleur produisant de la vapeur à partir d’un liquide sous pression

  92. Perte de charge

    Diminution de la pression dans un fluide due aux frottements visqueux et aux chocs

  93. Logarithme

    Le logarithme de base b d'un nombre est la puissance à laquelle il faut élever la base b pour obtenir ce nombre

  94. Saturation

    État d'un fluide pur en équilibre liquide-vapeur

copyright R. Gicquel v 2021.6

Réalisé avec Scenari (nouvelle fenêtre)