Marchés de l’énergie

Cette séance traite des échanges internationaux d’énergie, en distinguant les marchés du pétrole, du gaz naturel et du charbon, qui sont régis par des logiques différentes.

Référence cours :

Chapitre 3

Pour suivre la présentation, passez à l’étape suivante

(Séance réalisée le 13/05/13 par Renaud Gicquel)

Commerce international de l’énergie

  • part prédominante du pétrole. Dès 1973 :

    • 44 % consommation mondiale d’énergie primaire

    • 10 % du commerce mondial des marchandises

  • composante essentielle du système énergétique mondial

Commerce international de l’énergie

  • part prédominante du pétrole

    • 70 % du brut, 20,3 % produits raffinés, 6,2 % du charbon et 3,4 % du gaz naturel

  • parts très variables des productions

    • 54,7 % du brut

    • 8,8 % du charbon

    • 7 % du gaz naturel

Échanges internationaux d’électricité pour la France

Marché du pétrole

  • matière première standardisée

    • susceptible d’être échangée à un prix unique (commodity)

    • découplage des produits blancs du brut par raffinage

    • Liaison souple entre producteur et consommateur

  • marché libre et concurrentiel

    • en 1973/74, 5 % du brut transitait par marché spot

    • depuis 1982, abandon des contrats à long terme en faveur des marchés spot et à terme, puis des contrats de formule

    • risque de crises purement spéculatives

Evolution des prix

Contrats de formule

  • idée : concilier la structure des coûts techniques et la cotation sur les marchés libres

  • prix du pétrole fixé par rapport au prix spot du lieu d’importation, en tenant compte du coût du raffinage et du fret

  • pour l’acheteur, garantie que les prix en sortie de raffinerie seront comparables même pour des bruts de qualité différente

  •  pour le vendeur, garantie que la rente pétrolière lui reviendra bien

Internationalisation du marché

  • l’éloignement n‘est plus un obstacle aux échanges

  • différenciation accrue du marché pétrolier, reflétant les écarts au niveau des produits raffinés

  • glissement de la demande des pays industrialisés vers les coupes légères

  •  les évolutions des prix du brut suivent celles des marchés locaux des produits

Marché du gaz naturel

  • matière première standardisée mais moins versatile que le pétrole

    • produit très volatil devant être confiné

    • infrastructures de transport, stockage et distribution

  • contrats à long terme liant producteur et consommateur

    • amortissement coût des infrastructures non déplaçables

    • engagements d’achat fermes (take or pay)

Commerce international du gaz naturel

Marché du charbon

  • qualités très variables

    • PCI entre 27 MJ/kg (lignites) et 37 MJ/kg (houille)

    • impuretés (soufre, composés azotés) fonction de la mine

  • ni interchangeabilité ni cotation universelle

  • coût relatif du transport élevé

  • infrastructures lourdes (acheminement, stockage)

  • contrats précisant les coûts unitaires, les quantités, et les qualités des charbons

Des marchés très différenciés

  • contrats long-terme

    • charbon et gaz naturel

  • marché concurrentiel

    • pétrole

  • prix du pétrole : prix directeur de l’énergie

  • prix du gaz naturel indexé ceux du pétrole

    • remise en cause de cette indexation

    • marché du gaz naturel commence à se libéraliser

Marchés de l’énergie

Cette séance a montré que, compte tenu de son poids relatif dans les échanges énergétiques internationaux, c’est le prix du pétrole qui reste encore le prix directeur de l’énergie, même si certains découplages se font jour avec les autres sources d’énergie (charbon et gaz).